Jour E

Prendre conscience de l’impact écologique du numérique et les solutions pour le réduire

6th Apr | 08:45 - 09:30

Description

Le numérique est une vraie solution pour accompagner la transition écologique mais il a lui-même une empreinte carbone non négligeable et il est nécessaire d’en maîtriser son expansion. Comment évaluer l’ampleur de cet impact et quelles solutions existent afin de le réduire ? Quelle analyse mener avant le déploiement de nouvelles solutions ? Des outils et méthodes concrètes pour vous accompagner dans cette démarche

Les réponses à vos questions

Q : Intégrez-vous dans vos démarches la notion du data management (au sens du dama international) et si oui comment ? J. S. : L'accompagnement de Frédéric démarre par l'étude ACV, dont l'objectif est la mesure de l'impact environnemental d'un service numérique, afin d'en identifier les axes de réduction majeurs. Il revient ensuite, à l'entreprise accompagnée, d'évaluer les propositions issues de l'ACV, au regard, par exemple de son référentiel de data management, pour en valider la faisabilité et l'efficacité, voire les risques. Le service numérique évalué, ne revêtait pas de complexité en termes de data management : cela n'a pas été un enjeu ... mais cela pourrait l'être dans certains cas ! N’hésitez pas à contacter Frédéric Bordage ici : https://www.greenit.fr/contact/ Q : La consommation des serveurs doit engendrer de nouvelles sources de production d'énergie. La consommation d'électricité renouvelable de source de production déjà existante est donc inutile. Il faut consommer une électricité d'IMPACT qui engendre le financement de NOUVELLES installations. F.B. : La récupération de la chaleur fatale est une bonne pratique qui se généralise. Cependant, moins on consomme d'énergie (megawatt) et mieux la planète se porte (et votre porte-monnaie). Le recours à une énergie primaire moins impactante (hydraulique courant notamment) est une bonne pratique incontournable pour améliorer le bilan environnemental de son système d'information (dont DC). Q : Est-il possible d'avoir des exemples concrets d'actions mises en place svp ? F. B. Deux exemples : 1. A l'échelle de l'entreprise. Benchmark Green IT Système d'évaluation de référence. S'appuie sur les référentiels et système d'évaluation de référence. Evaluation de l'empreinte environnementale, de la maturité, et benchmark. Identification sur des bases quantitatives objectives (Analyse du Cycle de Vie) des sources d'impacts et des gains environnementaux possibles si mise en œuvre du plan d'actions recommandé. Plusieurs centaines d'organisation accompagnées depuis 2008 en accompagnement collectif et individuel Aide des organisations à créer une stratégie et un plan d'action Green IT : https://club.greenit.fr/benchmark2020.html 2. A l'échelle d'un service numérique Greenconcept Accompagnement collectif de 28 PME du numérique entre 2017 et 2020 pour les aider à écoconcevoir leur service numérique. Gains environnementaux de l'ordre de -45 % à -79% des impacts initiaux, selon l'indicateur d'impact observé. Gain important d'un point de vue "business" avec certaines startup ayant été en mesure de conquérir plus facilement de nouveaux marchés (exemple de Weather Force lors de la table ronde) http://www.greenconcept-innovation.fr https://www.greenit.fr/tag/greenconcept Q : Quelle sont les alternatives au « cloud » afin de limite son impact numérique ? V. T. : La démarche FinOps permet de maitriser ses coûts dans le cloud et donc également ses impacts environnementaux. Le cloud n'est pas forcément une mauvaise alternative voir l'étude d'Accenture sur le sujet : https://www.accenture.com/fr-fr/insights/strategy/green-behind-cloud F. B. : Aucune étude sérieuse (ACV comparative multicritères à revue critique) ne démontre que le cloud est plus performant d'un point de vue environnemental. Nous avons cependant la certitude qu'il induit des effets rebonds (30 % de VM zombies) et qu'il faut donc le manier avec beaucoup de rigueur. En écoconcevant vos services numériques, vous avez moins besoin de serveurs, qu'ils soient hébergés chez vous ou dans le cloud. Q : Pour poursuivre la question de l'impact du data management, avez-vous des retours d'expériences innovantes de réduction de l'impact des data centers ? V. T. : Un des ateliers Planet Tech'Care animé par notre partenaire Systematic a mis en avant l'usage de l'IA au service de l'efficience énergétique des DC. Plusieurs de nos signataires sont des acteurs du Cloud et des DC : ils ont tous mis en oeuvre des solutions innovantes pour réduire leur empreinte environnementale (par exemple à regarder 2 acteurs français : Scaleway et APL) F. B. : Oui, plusieurs mais sous NDA... Je peux en parler en privé, mais pas en public. Q : Un mot sur l'impact écologique des nouvelles technologies numériques ? je pense notamment à la blockchain, comment l'intégrer dans une démarche green ? - S’assurer de la pertinence de l’usage de la blockchain pour répondre au besoin du client final, ne pas surdimensionner et complexifier la technologie si ce n’est pas nécessaire. - Si c’est le cas, choisir parmi les différentes technologies de blockchain la moins énergivore et appliquer les conseils donnés pour les datacenters par exemple : alimentation en énergies renouvelables et récupération de la chaleur fatale Q : le programme Tremplin de l'Ademe est-il éligible sur de l'économie solidaire ? https://agirpourlatransition.ademe.fr/entreprises/dispositif-aide/tremplin-transition-ecologique-pme Le guichet Tremplin permet d’accéder à des aides forfaitaires dans tous les domaines de la transition écologique. Q : pourriez-vous nous conseiller sur le choix d'un hébergeur web? Certains prestataires sont très engagés mais pas situés en France, ce qui implique un allongement de la circulation des données et donc de la consommation d'énergie. Faut-il donc privilégier des prestataires plus locaux? Et engagés grâce aux PPA, garantie d'origine, etc.? et même question qu'Adeline Antonetti sur le choix d'hébergeur situé en France métropolitaine mais aussi à La Réunion. V.T. : Il faut étudier votre cahier des charges pour porter une vue globale de votre besoin. Il existe des hébergeurs français qui s'inscrivent dans une trajectoire green. A titre d'exemple 3 acteurs du cloud publics : Scaleway, 3DOutscale et OVH mais aussi des acteurs de cloud privé tels que alter way F.B. : Je vous conseille d'évaluer votre hébergeur sur les critères suivants : - il a signé le EU CoC for Datacentres ; - son PUE est inférieur à 1,5 ; - il vous propose des certificats de garantie d'origine hydraulique courant ; - il systématise le réemploi / seconde vie de ses équipements informatiques. Le fait qu'il soit en suisse et pas en France ne pose aucun problème. Q : Cet annuaire dont parle Véronique Torner inclut-il La Réunion ? V.T. Oui l'annuaire intégrera toutes les régions de France. Sa sortie est prévue pour S2. Tous les acteurs référencés devront être signataires de Planet Tech'Care. F. B. : GreenIT.fr prépare également un annuaire regroupant les expert.e.s du sujet. Comment accéder au dispositif Tech Care ? V.T. : C'est gratuit. Il suffit de s'enregistrer sur le site www.planet-techcare.green Frédéric Bordage a cité un exemple de solution : la suppression des emails. Je comprends que c'est un petit geste mais faut-il tout de même sensibiliser à la sobriété dans nos pratiques individuelles? Par exemple dans la consommation des réseaux sociaux, le stockage de données à outrance, etc.? Que représente l'impact des pratiques individuelles en comparaison de l'impact des entreprises ? V.T. : Voir l'initiative Cyber World CleanUp Week : F.B. : Une fois que le numérique est fabriqué et alimenté en électricité, ce que l'on fait avec ne change quasiment plus rien à l'instant t. L'enjeu est alors d'allonger la durée de vie de nos équipements existants (réparation, réemploi, etc.) et de limiter au maximum notre taux d'équipement. L'enjeu est de ne pas déclencher d'effet marginal, par exemple le renouvellement d'un smartphone parce que son système d'exploitation n'est plus ms à jour ou le renouvellement d'une TV lors du passage à la TNT HD, etc. Ou bien encore le changement des postes de travail parce qu'ils ne seraient plus assez puissants pour exécuter la dernière version d'un logiciel métier. Q: En tant qu'indépendants, quelles sont les possibilités de formation et d'accompagnement pour intégrer le numérique responsable dans sa propre activité ? V.T. : Je vous invite à regarder CINOV Numérique qui adresse notamment les indépendants et qui sont actifs sur le sujet. Ils sont partenaires de Planet Tech Care. F.B. : je vous conseille nos formations : https://greenit.fr/formations et de nous recontacter une fois formé.e. Nous travaillons en réseau avec des dizaines d'indépendant.e.s pour réaliser nos missions. Q: Comment se former pour pouvoir accompagner d'autres entreprises sur le chemin de la transition ? F. B. : je vous conseille nos formations : https://greenit.fr/formations et de nous recontacter une fois formé.e. Nous travaillons en réseau avec des dizaines d'indépendant.e.s pour réaliser nos missions.

Présentée par